• un truc qui me chiffonne ....

     

    Assurance-vie:

    A y est ! Les députés ont voté le blocage des retraits en cas de crise

     

    L’Assemblée nationale a adopté en nouvelle lecture le projet de loi Sapin 2 qui, notamment, autorise le Haut conseil de stabilité financière à bloquer les retraits et les arbitrages des épargnants sur leurs assurances-vie. Elle a toutefois réduit le délai de blocage à trois mois.

    Jeudi 29 septembre, les députés ont voté dans l’après-midi l’article 21 bis de la loi « Sapin 2 », qui autorise le Haut conseil de stabilité financière (HCSF), sur proposition du gouverneur de la Banque de France, à limiter ou à bloquer les arbitrages et les retraits des sommes placées sur les assurances-vie, quelles qu’elles soient, en cas de « menace grave et caractérisée » du système financier.

    Un vrai coup de tonnerre pour les assureurs et les épargnants, qui pourraient voir leur droit à disposer de leur épargne comme bon leur semble annihilé pour une durée quasi indéterminée.

     

    c'est passé vite fait dans la gazette mais j'ai suivi le truc.. moi j'ai rien niveau fric.. mais maman m'a fait une "petite" assurance vie, qui m'aidera le jour où elle fermera les yeux, le temps de vendre son appartement (faut compter un an pour régler une succession, minimum...) et à payer toutes ses charges, impots, charges etc.. y a pas grand chose, mais même ce pas "grand chose", il me le faudra de suite !!! pas 3 mois après, déjà première visite chez le notaire, il réclame 300 euros on a bien vu pour mémé  ...

    ça veut dire quoi ?  de nous bloquer 3 mois.. qui nous dit que notre pognon n'est déjà plus là , ça me fait peur tout ça.. et pourtant quand on contracte une assurance vie on demande bien sans risque !!!!

    Je connais des personnes qui ont tout mis sur leur compte et qui ne veulent plus entendre parler de placements, disent que ça craint ... j'en connais même qui ont planqué un magot en liquide..

    le mieux est d'acheter un morceau de terre, une maison pour ceux qui ont une somme importante, mais avec 4000 euros, ou 5000 euros , j'avais pensé à un lingot ... mais bon faut le mettre dans un coffre ? à la banque ?  que c'est compliqué !!!

    vous en pensez quoi ???

     

     

     

     


    18 commentaires
  •  la redevance télé augmente

     

    L'année prochaine, le tarif de la redevance audiovisuelle passera à 139 euros, soit deux euros de plus qu'actuellement. Cette hausse est intégrée dans le projet de budget présenté ce mercredi par Bercy.

    Ce mercredi, le ministre de l'Economie Michel Sapin présentait le détail du Budget 2017, le dernier du quinquennat de François Hollande. Pas de surprise, les grandes lignes étant connues depuis la semaine dernière.

    Une collecte supérieure à 4 milliards d'euros

    Si ce n'est peut-être le montant de la redevance audiovisuelle. On savait que celle-ci allait augmenter, une partie étant indexée automatiquement sur l'inflation. Mais le gouvernement a décidé d'aller un peu plus loin en pratiquant un rattrapage des indexations des années précédentes. Au total, ce seront donc un euro d'augmentation au titre de l'inflation et un euro supplémentaire pour le rattrapage.

    Initialement, la hausse ne devait être que d'un euro, mais le gouvernement a donc décidé de doubler la mise, ce qui devrait rapporter autour de 80 millions d'euros supplémentaires aux finances publiques. En revanche, s'il fut un temps question de taxer les smartphones et les tablettes, Bercy a préféré temporiser. L'enveloppe globale de la Contribution à l'audiovisuel public devrait tout de même être supérieure à 4 milliards d'euros en 2017.

     

    AH les salopards, allez 2 euros de plus rien que ça ...  et vous avez vu ce qui nous attend, une taxe sur les portables et sur les tablettes ! c'est du racket , y a pas d'autres mots... j'ai de plus en plus envie de me barrer de ce pays où on paye 3 fois des impots sur tout ..  et le pire reste à venir.. il parait que l'argent que certains ont sur des assurance vie, ne sera plus disponible comme il l'était , il sera gelé 6 mois si vous en faites la demande !!! vont faire des placements à risque.. d'ici qu'ils bouffent tout le pognon des contribuables !!! c'est pas loin, ça fait peur hein ... je conseille à ceux qui ont un peu de fric de tout mettre dans la pierre.. ça au moins ils pourront pas vous le bouffer !!!

     la redevance télé augmente

    Bon mardi à tous, commence à faire frisquet hein le matin et le soir aussi.. j'ai ressorti le pyjama polaire !!! dire qu'on crevait y a pas longtemps !  à l'école on a 16° dans les classes, et pas de chauffage avant le 15 octobre.. les radiateurs d'appoint sont interdits pour la sécurité des enfants !!! par contre ils peuvent attraper une pneumonie ça c'est pas grave ptdrrr.. pourvu que je ne me re- chope pas la crève !!!  bizou FLO

     

     

     

     


    20 commentaires
  • feu d'artifice 2016

    photo du net - feu d'artifice 2016

     

    j'étais à ma fenêtre jeudi soir.. mais j'ai fini sur le canapé devant la tv

    trop long, ça a duré !!!! 45 mn au moins si c'est pas 50 mn

    je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi j'ai trouvé ça un peut "trop"

    c'est la crise, non ? et on pourrait mettre notre argent dans autre chose...

    comme la lutte contre le terrorisme.. par exemple !

     

     

    un article qui m'a carrément fait un choc...

    savez vous combien coûte le feu tiré à la tour eiffel ????

    500 000 euros .. rien que ça ..

    15/20mn de feu aurait été suffisant et aurait coûté la moitié

     

    le défilé militaire ...???  4 millions d'euros !

    alors là je tombe à la renverse..  j'y crois pas !

     

     article très intéressant à lire ICI

     

    tout cela me choque, car la principale préoccupation actuelle est bien le terrorisme NON ???

    on ne dirait pas ...

     

    ceci étant j'ai la chance que mes connaissances sur Nice soient toutes indemnes ...

    ce qui n'est pas le cas de tout le monde et j'ai une pensée pour toutes les personnes

    qui souffrent de la perte d'un être cher, ou plusieurs, pour les blessés, les traumatisés.

     

     

    Biz Flo

     

     

     


    17 commentaires
  • Fabriquer sa lessive soi-même ....

     

    Aline Gubri est fin prête pour commencer sa démonstration. Sur la table devant elle, sont disposés deux cuillères à café, une douzaine de petits pots en verre, un sachet de bicarbonate de soude, de l'huile de coco, de l'eau de rose, un savon de Marseille vert, un citron, un pot de miel et une gourde d'eau bouillante. Bénévole sur le premier festival Zero Waste France, organisé jusqu'à ce soir au Cabaret Sauvage à Paris (XIX e), cette étudiante en master environnement à la Sorbonne a trois quarts d'heure pour apprendre à 40 apprentis écolos à confectionner eux-mêmes leurs produits d'hygiène.

    Première étape : le dentifrice. « On prend un savon de Marseille vert, si possible pas emballé pour éviter les déchets, explique la petite brune de 21 ans, qui a ouvert il y a un an un site intitulé Consommons sainement.com. A l'aide d'un couteau, on en détache des copeaux que l'on mélange à quelques gouttes d'eau bouillante. On laisse reposer la pâte une heure, on la verse dans un petit bocal qui ferme, et le tour est joué ! »

    Pour Aline, pas question de se compliquer la vie ! « Je choisis toujours des recettes simples que je peux réaliser à partir d'ingrédients que j'ai dans ma cuisine ou que je peux trouver dans n'importe quelle épicerie du coin », témoigne-t-elle. Un moyen à la fois de limiter ses emballages, de faire des économies et de préserver sa santé, estime-t-elle. « Ce n'est pas un hasard si les cosmétiques du commerce indiquent en tout petit la liste des ingrédients. La plupart sont bourrés de cochonneries. »

     

    « C'est plutôt ludique »

    C'est aussi ce que pense Laurence Favaro, 44 ans, convertie au fait maison. « Mon père est décédé d'un cancer, confie cette chef d'entreprise lyonnaise qui a déjà concocté quantité de produits. C'était capital pour moi de contrôler davantage ce que mes enfants, mon homme et moi mangions et mettions sur notre peau ! Dans ma salle de bains, j'ai un petit placard magique dans lequel je stocke quelques basiques avec lesquels je fais toutes mes tambouilles, de la lessive au shampoing. C'est plutôt ludique et, contrairement aux idées reçues, ça permet de gagner un temps fou ! »

    Sauf quand la recette est ratée. « J'ai essayé à maintes reprises de fabriquer mon liquide vaisselle mais il restait toujours un film gras sur les verres, avoue Laurence. Alors j'ai fini par laisser tomber. Il ne faut pas être plus royaliste que le roi ! »

     

    pourquoi pas ??? ça a l'air simple à réaliser.. mais je ne sais pas si ça fonctionne pour les machines à laver !!! faudrait se renseigner, j'ai une amie qui avait mis de la lessive à la main dans sa machine, sa salle de bain etait envahie de mousse ! ptdrrr...

    vous souhaite un bon début de semaine, plus que 2jrs avant les grandes vacances, et on va vers les bonnes températures, le ciel bleu et le soleil, tant mieux.. je vous embrasse FLO

     

     

     

     

     


    20 commentaires
  • Faire le deuil de son animal de compagnie

     

    Ce sont des compagnons, des maîtres de vie. Nous les aimons comme des amis, voire comme des frères, ou parfois même des enfants. Les animaux de compagnie occupent souvent autant de place que les êtres humains dans la vie de leurs maîtres. Lorsqu’ils décèdent, leur absence peut créer un vide aussi douloureux que la perte d’un proche. Et un vrai travail de deuil est nécessaire, d’autant plus difficile qu’il est souvent incompris et sous-estimé.

    Ségolène Poirier

     

    « Elle a réuni ses dernières forces pour venir s'éteindre dans mes bras. Je l'ai cajolée et lui ai parlé jusqu'au dernier moment. J'ai essayé de la réchauffer, mais je sentais bien son petit corps se refroidir et la vie la quitter. Elle est morte à 22h22, et aujourd’hui encore, à chaque fois que cette heure s'affiche, je pense à elle et j'ai envie de pleurer », raconte Florence, qui a perdu sa chatte Marie en 2006. Huit ans après, la douleur causée par cette perte est encore bien présente. Une peine que connaissent de nombreux propriétaires pour qui leur animal de compagnie est bien plus qu’une bête à poils, à plumes ou à écailles. 

    Perdre un vrai compagnon de vie

    « Quel que soit l'animal que vous possédez, il ne vous juge pas, n'est pas jaloux, ne vous trompe pas, et vous aime tel que vous êtes. Et cela, jamais un humain ne le fera », commente Nadine, dont la chatte Isis est décédée à l’âge de 12 ans. Pour Camille, son cheval – même s’il ne vivait pas avec elle -, était un réel compagnon de vie. « Rock était un prolongement de moi. Avec lui, je ressentais un bien-être incroyable et un élan de liberté. C’était aussi un vrai maître de vie ». 

    De son côté, Amélie a eu l’impression de trouver son âme sœur en sa chienne Lilou. « Dès que nous nous sommes vues, ça a été le coup de foudre. Nous ne faisions qu'une. Nous étions comme connectées ». Pour d’autres, comme Pauline, l’animal devient un membre de la famille. « Notre chien Charlie était comme un enfant pour mon compagnon et moi. J’avais l’impression d’être en symbiose avec lui ». Même ressenti chez Norbertus. « Nos deux enfants considéraient notre chienne presque comme une grande sœur ». 

    C’est parce qu’un animal de compagnie a tant d’importance dans la vie de son maître que son décès crée un vide immense et que le deuil est aussi douloureux. Selon Valérie, 48 ans, si le chagrin causé par la perte de son chien a été aussi forte, c’est parce qu’elle l’a forcée à voir les choses en face. « Sa disparition a réveillé mon mal existentiel : nous ne sommes pas éternels, mais bien mortels ».

    Affronter l’incompréhension des autres

    « Ce n’est qu’un animal, il n’y a pas mort d’homme », « Ne te mets pas dans des états pareils pour un chat », « Tu n’as qu’à en reprendre un autre »… Des remarques fréquentes qui font du mal et mettent parfois en colère. Ce regard sévère, Valérie a dû y faire face lorsqu’elle a perdu son chien de quinze ans. « Comment oser dire que ce décès est à relativiser ? Cette disparition a été plus importante que celle de mes grands-parents. Mon chien vivait avec moi 24/24h, il était mon éponge à émotions, mon repère au quotidien ».

     C’est justement ce rapprochement avec la perte d’un proche qui est souvent critiqué par ceux qui ne saisissent pas ce qu’implique la mort d’un animal de compagnie. « Il est souvent très difficile de faire part de son désarroi. Les personnes qui n'ont jamais vécu de relation intense avec un animal ne peuvent pas comprendre le bouleversement et la souffrance ressentis », analyse la vétérinaire Marina von Allmen. Pourtant, il est important de considérer à sa juste valeur la douleur causée par cette perte. « Pour certains la mort d’un animal de compagnie sera effectivement plus douloureuse que le décès d’un parent. Cette peine est propre à chacun et dépend de son histoire de vie. On ne peut pas comparer et hiérarchiser les souffrances des autres », ajoute la thérapeute du deuil Martine Golay Ramel.

    Lorsque son lapin Nuage est décédé, Alexia a été anéantie. Les moqueries de ses camarades de lycée ont aggravé son sentiment de solitude. « Mes amies se moquaient de moi. Une d’entre elles a même osé me mettre ses gants en angora sous le nez parce qu'elle trouvait ça drôle. » Une attitude cruelle qui illustre bien l’incompréhension de certains face à la mort d’un animal. Pour Camille, le pire était la question systématique : « Et ça vit combien de temps un cheval ? » Comme si sa durée de vie le définissait. « Les gens ne comprennent pas que lorsqu’il est décédé, c’était comme si on m’avait coupé les jambes ». Une image forte, reflet là encore de l’importance qu’un animal peut avoir dans la vie de son propriétaire. Et ce, quel qu’il soit : un passionné d’oiseaux, un cavalier qui perd son cheval ou encore un propriétaire dont le chat décède. « Le degré de souffrance ne dépend pas de la race ou la grosseur de l’animal, ni même de sa durée de vie,confirme la thérapeute Martine Golay Ramel. Certes, le lien s’approfondit dans le temps, mais la perte, elle, est liée à l’expérience personnelle. »

    S’il est difficile de parler de cette peine autour de soi, c’est pourtant essentiel, selon Marina von Allmen. « Se taire ne fait qu'aggraver et intensifier son désespoir, compliquer et prolonger le processus de deuil. Des émotions enfouies et tues s'impriment au plus profond de notre être pour refaire surface régulièrement. » Et si son entourage ne comprend pas cette douleur, ou qu’il ne sait pas comment aider, mieux vaut se tourner vers le vétérinaire, un groupe de parole, un professionnel de l’accompagnement du deuil ou même un psychologue, pour ne pas avoir à surmonter seul cette épreuve.

    Vivre un réel processus de deuil

    Déni, colère, culpabilité, dépression, acceptation… Le deuil d’un animal comporte les mêmes étapes que celui d’un être humain. Des étapes qui ne se traversent pas forcément dans un ordre préétabli, comme l’explique Marina von Allmen. « Elles peuvent surgir en boucles et certaines peuvent même être "zappées", pour resurgir lors d’un autre deuil. »

    D’abord, le déni. « Je ne voulais pas y croire, je me suis mise à hurler et à pleurer. C'était trop brutal, trop soudain », se souvient Jennifer. Retrouver son chat allongé dans l’herbe, mort écrasé, a été un choc assourdissant. « J'ai été dans un état second pendant quelques jours ». Selon Martine Golay Ramel, « pour beaucoup, l’animal de compagnie rythme le quotidien et sa mort déclenche une perte de repères ».

    Une fois le choc passé, la colère et la recherche d’un responsable prennent souvent le dessus. « J’ai ressenti tellement de rancoeur contre l’automobiliste qui a écrasé mon chat et qui n’a même pas eu la décence de s’arrêter, » commente Souslik. Pour Camille, le plus insupportable a été pendant un certain temps de voir d’autres propriétaires avec leurs chevaux. « Je leur en voulais d’avoir la chance que leur cheval soit encore là. Pourquoi le méritaient-ils plus que Rock et moi ? » Mais le plus souvent, la colère éprouvée est dirigée contre soi-même et l’impression d’avoir failli à son animal fait culpabiliser.

    Ne pas avoir été présent dans les derniers instants, l’avoir réprimandé quelques heures avant sa mort, ne pas s’être assez bien occupé de lui… Autant de raisons de se sentir coupable lorsque son animal décède. « C’est un passage quasi obligé », affirme Martine Golay Ramel. De son côté, la vétérinaire Marina von Allmen souhaite rassurer les propriétaires : « les animaux ne nous en veulent pas pour nos agissements ou nos manquements ». Mais même en sachant cela, difficile de ne pas se sentir responsable. Ophélie, qui, faute de place, a dû laisser sa chatte chez ses parents, s’en est terriblement voulu. « Elle s’est faite écraser en traversant la route. Je me dis qu’elle a dû se sentir abandonnée et qu’elle essayait peut-être de me rejoindre. Encore aujourd’hui, je me sens responsable. Je n’ai même pas pu lui dire au revoir. »

    Ne pas avoir pu dire adieu est un regret qu’ont connu de nombreux propriétaires. « Il faut savoir que comme chez les humains,il y a des animaux qui attendent notre départ pour mourir, explique Marina von Allmen. D'autres, à l’inverse, désirent notre présence. Cela dépend du caractère de l'animal mais aussi de notre façon plus ou moins inconsciente de vouloir le retenir auprès de nous. » Une acceptation de la mort qu’a voulu montrer Norbertus à sa labrador Orit. « Elle a fait ses adieux à chaque membre de la famille, avant de se cacher. Mais je l'ai mise dans son panier, parmi nous tous. Le lendemain elle ne bougeait plus, elle s'était endormie sereinement. »

    La phase de « dépression réactionnelle » pendant un deuil est probablement la plus difficile à surmonter. Au décès de son chat, Saloua a perdu tout intérêt pour ce qui l’entourait. « J'ai failli échouer dans mes études universitaires, je m'absentais tout le temps. Je n’avais pas le courage de quitter ma chambre. » Cet état dépressif ne doit pas être sous-estimé. Selon la vétérinaire Marina von Allmen, il est même nécessaire. « Cette étape permet de vraiment ressentir à quel point nous passons du vide et du désespoir à la reconnaissance de ce qu'il nous a été donné de vivre avec notre animal. » C’est ce sentiment de gratitude qui a permis à Camille d’accepter enfin la disparition de son cheval. « La douleur n’a finalement duré qu’un moment par rapport au bonheur d’avoir vécu cette belle histoire avec Rock. »

    L’importance des rituels

    Choisir comment disposer du corps de son animal aide également à mieux accepter son décès. Pauline a décidé d’enterrer son yorkshire sur le terrain derrière sa maison,« pour qu’il soit toujours près de nous ». Nadine a, elle, fait le choix d’être inhumée avec les cendres de sa chatte Isis. « Elle sera avec moi le jour où je partirai, et même après. » Quelle que soit la décision, il est conseillé de la prendre lorsque son animal est encore en bonne santé, afin de ne pas regretter une éventuelle décision précipitée au moment de son décès.

    Effectuer un rituel, telles qu’une cérémonie d’enterrement ou encore l’écriture d’un poème, permet de faire face à la perte, mais aussi de rendre hommage à son compagnon. Après treize ans passés à ses côtés, Virginie a voulu honorer son chien en dispersant ses cendres sur son lieu de promenade préféré. « De cette façon, je sais qu'il est encore heureux là où il est. » De son côté, Francine, qui a perdu Cassiopée, sa chienne de 14 ans, a décidé de organiser une cérémonie. « À la date d’anniversaire de son adoption, je vais inviter quelques amis à une commémoration pendant laquelle je lirai un petit texte en sa mémoire, face à ses cendres. » Aurélie a, elle, préféré faire pousser une belle plante en l’honneur de sa lapine Sweety.

    Reprendre un animal ?

    Peur de l’oublier, de le trahir, de souffrir à nouveau… De nombreux propriétaires, comme Virginie, 38 ans, se sont dit qu’ils ne pourraient plus jamais avoir d’animal. « Je n'ai pas repris de chien car cela m'a fait trop de mal de  perdre Tchouk. C’était un vrai ami, comme il y en a peu. Il est irremplaçable. » Pour la vétérinaire Marina von Allmen, cette idée de « remplacement » n’a pas lieu d’être. « Reprendre un compagnon pour que ce soit le même que le précédent, ce ne serait ni rendre hommage à celui qui vient de nous quitter, ni accorder notre amour inconditionnel au nouvel arrivant. Le risque est d'en faire un animal de remplacement, condamné à ne pas se sentir à la hauteur. » Dans le cas des amoureux d’une race en particulier, il est conseillé de choisir un animal de couleur ou de sexe différents. Sans oublier que chaque animal a son caractère et ses particularités.

    Quand reprendre un nouveau compagnon ? Cela dépend du ressenti personnel mais parfois aussi de la façon dont est décédé l’animal, comme l’observe Martine Golay Ramel. « Lorsque vous l’avez accompagné dans la maladie, ou la vieillesse, et l’avez vu décliner, il y a un processus de pré-deuil. Mais quand il s’agit d’un accident, le choc est si important qu’il n’est pas recommandé de reprendre un animal tout de suite. »

    Si la douleur est forte pour le propriétaire, il ne faut pas oublier qu’elle l’est aussi pour les autres animaux de la maison, s’il y en a. « Ils viennent de perdre un véritable ami qui ne sera pas facilement remplaçable. Il s’agit de les aider eux aussi dans leur deuil », rappelle la vétérinaire. Ils peuvent avoir envie, ou besoin, d’un nouveau compagnon. En l’espace de six mois, Martine a perdu trois de ses quatre chiens, jeunes mais malades. Elle a senti le grand désespoir du dernier. « Il a très mal vécu leur départ, et, alors que je ne voulais plus reprendre d’autres chiens, il a fallu le faire. Sinon il se serait laissé mourir. Maintenant, il est apaisé et semble revivre. »

    Selon la thérapeute Martine Golay Ramel, si la décision de reprendre un animal est si difficile, c’est parce que « pour beaucoup de propriétaires, elle rappelle que l’animal était un animal et non un être humain. Ce qui est très déstabilisant quand on a aimé son compagnon comme un ami, un frère ou un enfant. » Mais, malgré la douleur, il est difficile pour beaucoup d’amoureux des animaux de vivre sans eux. « Il faut savoir faire un deuil, quel qu’il soit, et avancer. Au fond, ce n’est pas parce qu’on a d’autres animaux qu’on remplace les précédents dans notre cœur, confie Caroline. On ne les oublie jamais. »

     

    Faire le deuil de son animal de compagnie

     

    Je pense que l'on arrivera à faire notre deuil, car dans son malheur et avec toutes ses pathologies, sheila nous a préparé au pire, en janvier on a eu très peur de la perdre, elle a subi une grosse opération, mais par chance nous avons pu la garder 5 mois, un sursis qui nous a mis en joie elle aussi, rejouait, avait faim, on espérait un miracle... ça nous a aidé à se dire, un jour.. ça arrivera... ce ne fut pas une mort subite.. c'est même nous qui l'avons décidé avant qu'elle ne souffre, mais c'est dur quand même !!!

    Je répandrai ses cendres à majorque, au cimetière sur la tombe de JO, comme cela elle retournera sur son île, là où sont ses racines, avec son "papa" quelque part, je serai heureuse qu'elle soit là bas, là où elle est née il y a 15 ans.

    par contre je ne veux plus d'animal, et je pense que ça durera un moment, trop de peine quand ils nous quittent, je m'attache de trop, enfin l'avenir nous le dira, si ma situation financière est meilleure, que j'habite plus en appartement, que ma santé n'empire pas aussi, il ne faut jamais dire fontaine je ne boirai pas de ton eau hein ! mais dans l'immédiat, c'est niette.. et puis on a causette, le chat de maman, qui elle est bien vivante !!! mais c'est pas notre chichi.. hein si douce, si caline .. un ange cette minette..

    encore merci de vos messages de soutien, j'ai du bol d'avoir des collègues (à l'école) très sympas et des blogs potes qui sont des amours...qui supportent mes lamentations lol.. je ne vous en voudrai pas si vous n'avez pas tout lu, il est à rallonge cet article !!! un bon week-end à tous,  je vous embrasse FLO

     

     

     

     


    22 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique